MadameBovary0_04

Au fond de son âme, cependant, elle attendait un événement. Comme les matelots en détresse, elle promenait sur la solitude de sa vie des yeux désespérés , cherchant au loin quelque voile blanche dans les brumes de l'horizon. Elle ne savait pas quel serait ce hasard, le vent qui le pousserait jusqu'à elle, vers quel rivage il la mènerait, s'il était chaloupe ou vaisseau à trois ponts, chargé d'angoisse ou plein de félicités jusqu'aux sabords. Mais, chaque matin, à son réveil, elle l'espérait pour la journée, et elle écoutait tous les bruits, se levait en sursaut, s'étonnait qu'il ne vînt pas; puis, au coucher du soleil, toujours plus triste, désirait être au lendemain.

                                                                                                                                                                                                                                            Gustave Flaubert, Madame Bovary (1857)

La vie du personnage de madame Bovary apparaît ici sous le signe de l'ennui et de l'attente. L'expérience d'Emma est déceptive car met trop d'espoirs dans l'autre ou les lendemains. Ses longues journées se déroulent d'attente en attente, elle passe toute sa vie à attendre, sans cesse et sans jamais vraiment savoir ce qu'elle attend. La vie d'Emma, et donc de l'homme, oscille entre l'ennui et l'attente avec un espoir confus de quelque événement salvateur. L'attente est porteuse d'une certaine amertume et dans le même temps donne raison de vivre. Une personne qui n'attend plus rien de la vie cesse de vivre indéniablement à partir de ce moment même. Il nous reste à savoir concilier l'ennui et l'attente...